Les thés fantaisistes du juge Ti


Les thés fantaisistes du juge Ti

Aujourd'hui il pleut, et j'ai envie d'un bon thé. Vous aussi ? Pour vous inspirer j'ai réuni sur la page Un p'tit thé, tous les thés sirot(h)és lors de la rédaction des billets.

Pour fêter ça, voici la liste des thés (et préparations à base de thé) farfelus que l'on peut trouver dans Thé vert et arsenic, une nouvelle enquête du juge Ti.

À ne pas tester à la maison…

 

 

• Thé en poudre aromatisé aux bourgeons de prunier.

 

• Friandise locale constituée de feuilles de thé bouillies avec des « haricots aux cinq parfums », c’est-à-dire assaisonnés d’ingrédients sucrés, aigres, amers, piquants et salés.

 

• Thé au chrysanthème si extraordinaire qu’on ne s’en remet pas !

 

• Il suggéra de faire infuser les éclats de terre cuite dans de l’eau chaude. — Vous voulez faire un thé de théière…, dit Ti. L’idée est audacieuse.

 

• Rien n’avait changé dans la salle du rez-de-chaussée, où les habitués se régalaient de breuvages pleins d’oignon, de gingembre ou de menthe qui tenaient davantage d’un repas complet que du thé.

 

 

À propos du livre

Thé vert et arsenic, une nouvelle enquête du juge Ti, Frédéric Lenormand, Fayard

Thé vert et arsenicDans un pays où le thé est presque aussi sacré que Confucius, mener l’enquête chez les maîtres du thé n’est pas une mince affaire. Aussi le juge Ti est-il fort surpris de se voir nommer "commissaire du thé" bien qu’il s’y connaisse mieux en criminalité qu’en botanique. Chaque année, dans la Cité interdite, le Fils du Ciel attend impatiemment la livraison de son thé personnel pour autoriser le printemps à débuter. Accompagné dans cette aventure par sa Troisième épouse, la très généreuse dame Tsao, Ti devra apprendre à discerner, de tasse en tasse, le goût du thé vert et celui du poison, au point de découvrir avec ce breuvage délicat une arme de choix pour assassins raffinés. Avec cette périlleuse promenade dans les « jardins de thé » du VIIe siècle, Frédéric Lenormand restitue l’âge d’or des Tang, une période de prospérité sans précédent pour les Chinois, et fait revivre cette société brillante où le crime et l’art de vivre étaient inséparables.

Pour lire la suite

FayardThé vert et arsenic sur Babelio

Un billet écrit un buvant une tasse de thé Kimono.