Archives pour la catégorie Liste

Sur les traces d’Agatha Christie, s’il ne fallait en lire que 10


Sur les traces d'Agatha Christie, s'il ne fallait en lire que 10

Agatha Christie, c’est une oeuvre de 66 romans policiers, 6 romans sous pseudo, 150 nouvelles, 18 pièces de théâtre et 2 livres de souvenirs. Traduite en plus de 100 langues et publiée à 2 milliards d’exemplaires, elle se place de ce point de vue derrière la Bible et Shakespeare. Pas mal pour des livres faisant partie de ce qui est encore souvent considéré comme un sous-genre : le roman policier.

C’est sur ces informations d’envergure que commence l’exposition Sur les traces d’Agatha Christie qui a lieu au musée Pointe-à-Callière de Montréal jusqu’en avril 2016. S’engage ensuite un voyage sur les traces d’Agatha Christie. Un voyage, oui. Et même qu’un bout se fait via un wagon de l’Orient-Express ! Direction la Syrie et l’Irak… Un voyage, qu’on vous dit, sur les traces d’Agatha et des berceaux de l’humanité. 

Agatha Christie, L'Orient Express

Le parcours, dans une ambiance feutrée, est parsemé de livres en édition originale, d’affiches, d’extraits vidéo mettant en scène David Suchet, de pièces d’archéologie, de photos et d’objets pour certains exposés pour la première fois . 

Dans tout processus d’écriture, la réalité n’est jamais loin de la fiction. Découvrir Agatha Christie c’est comprendre tous les ingrédients de cette recette qui a fait le succès de cette petite fille créative et solitaire devenue infirmière lors de la première guerre mondiale et assistante-chimiste dans une pharmacie d’un hôpital militaire, puis épouse d’un célèbre archéologue. Si vous reconnaissez dans ce destin les grandes lignes des romans de la Reine du Crime, cette exposition est pour vous. Et dans le cas inverse, rendez-vous à l’exposition et ouvrez ensuite quelques romans les plus connus de la Dame (dans cet ordre ou dans l’autre).

Cependant, choisir parmi ses 66 romans policiers n’est pas chose simple. La recette étant sensiblement la même, j’ai demandé à deux partenaires de crime de choisir les meilleurs biscuits. MissAlfie et WonderNaddie, deux complices de VendrediLecture, livrent leur sélection « s’il ne fallait en lire que 10 ». Une façon de rendre hommage à celle qui a donné le goût de lire à de nombreux lecteurs, et le goût d’écrire à de nombreux écrivains, toutes générations confondues.

Machine

La mystérieuse affaire de Styles (1920)

La mystérieuse affaire de StylesTous ceux qui l’entouraient pouvaient tirer profit de la mort de Mrs Ingelthorp, riche maîtresse de la propriété de Styles : son second mari, Alfred Ingelthorp ; ses beaux-enfants, maintenus dans sa dépendance financière ; Cynthia, sa jeune protégée… Et tous auraient pu se procurer la strychnine qui l’a tuée. Mais pourquoi Hercule Poirot protège-t-il si obstinément Alfred Ingelthorp, alors que celui-ci se défend à peine contre les soupçons grandissants qui pèsent sur lui ? 

Le pourquoi du pourquoi : la genèse, là où tout commence.

Le livre de poche | Babelio | Les libraires | BanQ

 

Le meurtre de Roger Ackroyd (1926)

Le meurtre de Roger AckroydUn soir, dans sa propriété de Fernly Park, l’industriel Roger Ackroyd se confie à son ami le Dr Sheppard. La veuve qu’il envisageait d’épouser s’est suicidée pour échapper à un chantage. Dans une ultime lettre, elle lui révèle le nom de celui qui détient un terrible secret : un an plus tôt, elle a assassiné son mari.

Peu après avoir livré ces confidences, Roger Ackroyd est retrouvé mort, poignardé. Et la fameuse lettre a disparu…

Le pourquoi du pourquoi : parce que… on ne vous dira pas pourquoi, à vous de le lire ! Et si c’est déjà lu, vous savez pourquoi il est là !

Le livre de poche | Babelio | Les libraires | BanQ

 

Rendez-vous à Bagdad (1951)

Rendez-vous à BagdadVictoria Jones a beaucoup de défauts, mais au moins trois qualités : elle est très jolie, elle est courageuse, et elle aime l’aventure… Qu’avec cela, une heure après avoir été licenciée de son emploi de dactylo, cinq minutes après avoir rencontré un séduisant jeune homme, elle décide de le suivre à Bagdad, ce n’est pas étonnant. Ce qui l’est plus, c’est le tourbillon d’aventures d’espionnage qui l’attend là-bas, dans l’inquiétante atmosphère d’un Orient bouillonnant.

Le pourquoi du pourquoi : roman d’espionnage marqué par les voyages d’Agatha Christie en Orient.

Le livre de poche | Babelio | Les libraires | BanQ

 

Dix petits nègres (1939)

Dix petits nègresDix personnes qui ont toutes quelque chose à cacher et à craindre sont conviées par un hôte mystérieux à passer un séjour sur une île. Coupés du monde dans une belle demeure isolée, chacun d’entre eux va être hanté par les fantômes du passé. Petit à petit et un par un, ils vont partager leurs plus sombres secrets et, l’un après l’autre, mourir dans d’étranges circonstances…
 

Le pourquoi du pourquoi : évidemment pour LE huis clos fabuleux et ingénieux qu’elle met en scène, qui a notamment inspiré J.M. Erre dans Le mystère Sherlock.

Le livre de poche | Babelio | Les libraires | BanQ

 

Meurtre au Champagne (1945)

Meurtre au ChampagneTrop belle, trop légère, trop riche Rosemary ! Quel désespoir secret a conduit au suicide cette femme environnée d’admirateurs et d’amants, volant de cocktails en parties de bridge et de dîners en bals, sous l’oeil résigné de George, son mari plus âgé ? Nul ne le sait. Mais la question commence à se poser différemment le jour où ce dernier est informé par des lettres anonymes qu’on a assassiné son épouse. Cependant, le lecteur découvre, une à une, les raisons qui auraient pu pousser diverses personnes de l’entourage de Rosemary à vouloir se débarrasser d’elle. Toutes se trouvaient là le soir tragique où elle a bu une coupe de champagne additionnée de cyanure. Un nouveau dîner rassemblant les mêmes convives permettra-t-il, comme George l’espère, de confondre le coupable ? Peut-être… A condition qu’une nouvelle mort ne vienne pas compliquer l’affaire.

Le pourquoi du pourquoi : parce que les bulles, c’est bon, et que la construction du roman en miroir est très intéressante.

Le livre de poche | Babelio | Les libraires | BanQ

 

Trois souris (1985)

Trois souris

 

Dans l’obscurité d’une maison endormie, un cri déchire le silence… Un crime vient d’être commis… Ainsi se lève le rideau sur l’un des plus grands succès de la scène internationale, « La Souricière », qui tient l’affiche sans interruption depuis plus de cinquante ans. 

 

Le pourquoi du pourquoi : la nouvelle tirée de sa pièce La souricière, encore un coup de maître à la Roger Ackroyd…

Le livre de poche | Babelio | Les libraires | BanQ

 

Le crime de l’Orient Express (1934)

Le crim de l'Orient-ExpressPar le plus grand des hasards, Hercule Poirot se trouve dans la voiture de l’Orient-Express – ce train de luxe qui traverse l’Europe – où un crime féroce a été commis.
Une des plus difficiles et des plus délicates enquêtes commence pour le fameux détective belge.
Autour de ce cadavre, trop de suspects, trop d’alibis.

Le pourquoi du pourquoi : pour son décor unique, son excellent huis clos et les portraits de personnages.

Le livre de poche | Babelio | Les libraires | BanQ

 

Mort sur le Nil (1937)

Mort- sur le NilCe n’est pas très joli de voler son fiancé à sa meilleure amie pour se marier avec lui. Et même si l’amie en question semble se résigner, la ravissante et riche Linnet Ridgeway a bien des raisons d’être inquiète… Surtout quand le hasard les rassemble, pour une croisière sur le Nil, avec d’inquiétants personnages, dans une atmosphère lourde de sensualité et de cupidité.
Un petit revolver, un crime étrange, une énigme de plus à résoudre pour un passager pas comme les autres : Hercule Poirot.

Le pourquoi du pourquoi : parce qu’il mêle les deux passions d’Agatha Christie : la littérature et l’Egypte

Le livre de poche | Babelio | Les libraires | BanQ

 

L’affaire Protheroe (1930)

L'affaire ProtheroeQuand on découvre le colonel Protheroe tué d’une balle dans la tête dans le bureau du presbytère, le pasteur a sans doute déjà une idée sur l’identité possible de l’assassin ou, en tout cas, sur un mobile vraisemblable. N’assiste-t-il pas au thé hebdomadaire de sa femme, où s’échangent potins et cancans ?

Le pourquoi du pourquoi : qui fait apparaître Miss Marple pour la première fois.

Le livre de pocheLes libraires | BanQ

 

Un meurtre sera commis le … (1950)

Un meurtre sera commis le...« Un meurtre est annoncé, qui aura lieu le vendredi 29 octobre à dix-huit heures trente à Little Paddocks. »
Au village de Chipping Cleghorn, tout le monde découvre cette petite annonce dans la gazette locale en prenant son breakfast, et les dames de Little Paddocks ne sont pas les moins surprises. Tout le monde pense à une amusante murder party imaginée par quelque facétieux. Aussi, tout le voisinage, émoustillé, rapplique-t-il à Little Paddocks et l’on attend l’heure fatidique dans la bonne humeur.
A dix-huit heures trente, la lumière s’éteint, l’assassin paraît, des coups de feu éclatent… Mais c’est l’étranger, entré Dieu sait comment dans la maison, qu’on retrouve, son pistolet à la main, effondré sur le parquet. Mort…

Le pourquoi du pourquoi : où Miss Marple affirme ses qualités déductives.

Le livre de poche | Babelio | Les libraires | BanQ

 

Suggestions de lectures sur Agatha Christie et son oeuvre

Commentaires »

S’il ne fallait en lire que cinq : Stephen King


S'il ne fallait en lire que 5 : Stephen King

Il me semble inutile de présenter Stephen King, cet auteur prolifique dont chaque publication devient un événement littéraire. Ma rencontre avec Stephen King date de mes (très) jeunes années et depuis j’égraine mes lectures au fil des années jusqu’à avoir absorbé la bibliographie complète du « Maître incontesté de l’horreur », appellation qui me fout en rogne chaque fois qu’une quatrième de couverture l’arbore. Combien de personnes m’ont avoué ne jamais avoir ouvert un livre du King parce que, je cite, « je vis seule dans une vieille maison qui craque », « je vis au fin fond de la campagne et mon mari travaille de nuit »… ? Trop, beaucoup trop tant son oeuvre est vaste et bien plus variée que ça.

Auteur prolifique et populaire oblige, les annonces se succèdent un peu partout concernant la sortie d’un prochain roman, d’une nouvelle, les adaptations en film ou en série, le casting des acteurs… si bien qu’on peut vite être perdu. Où trouver l’info ? Et en français en plus ?

Emilie a créé la communauté Stephen King France. En 2010 elle constate que nombre des actualités du King ne sont accessibles qu’en anglais. En quelques clics elle crée un fil Twitter accompagné d’un Tumblr, ce qui deviendra la pierre angulaire de Stephen King France. C’est ça la magie d’internet : laisser l’opportunité à chaque amateur de combler le vide qu’il constate. Animé avec passion, le fil Twitter prend de l’ampleur, de passeur d’info le compte mute en une plateforme d’échange de conseils et recommandations en matière de lectures kinguesques. Un investissement dans lequel Emile plonge tête la première :

[Les membres] sont réactifs et plein d’humour c’est vraiment chouette de tenir un compte comme celui ci ! […] J’organise des concours, je parle avec des gens passionnés d’un sujet qui me passionne également, ce n’est que du bonheur !

Emilie s’est prêtée au jeu de l’influenceur. N’ayant pas encore lu toutes les oeuvres de Stephen King, je lui ai demandé de constituer une liste des titres qu’il faudrait absolument lire si nous ne devions en lire que cinq. Prenez vos carnets, votre pile à lire n’en sortira pas indemne !

La saga de la Tour Sombre

La Tour Sombre, Stephen King

 

L’homme en noir fuyait à travers le désert, et le Pistolero le suivait…

Ce Pistolero, c’est Roland de Gilead, dernier justicier et aventurier d’un monde qui a changé et dont il cherche à inverser la destruction programmée. Pour ce faire, il doit arracher au sorcier vêtu de noir les secrets qui le mèneront vers la Tour Sombre, à la croisée. de tous les temps et de tous les lieux. Mais il sait depuis le commencement que les voies de la Tour Sombre sont impénétrables…

C’est son œuvre la plus magistrale. Huit tomes qu’il a mis plus de 40 ans à écrire et au fil desquels on peut percevoir l’évolution de ses propres peurs. La Tour Sombre est en lien, plus ou moins fort, avec tout ce qui se passe dans ses autres livres. Il l’a lui-même qualifiée de « Jupiter du système solaire de son imagination ». La lecture de La Tour Sombre est d’ailleurs indispensable à la bonne compréhension de quelques romans, notamment « Insomnie » qui prend un sens différent selon si on connait l’épopée de Roland et ses amis ou pas. De façon générale, beaucoup de ses romans se font référence les uns les autres.

J’ai Lu | Babelio

Marche ou crève

Marche ou crève, Stephen King

Mieux que le marathon… la Longue Marche. Cent concurrents au départ, un seul à l’arrivée. Pour les autres, une balle dans la tête. Marche ou crève. Telle est la morale de cette compétition… sur laquelle une Amérique obscène et fière de ses combattants mise chaque année deux milliards de dollars. Sur la route, le pire, ce n’est pas la fatigue, la soif, ou même le bruit des half-tracks et l’aboiement des fusils. Le pire c’est cette créature sans tête, sans corps et sans esprit qu’il faut affronter : la foule, qui harangue les concurrents dans un délire paroxystique de plus en plus violent. L’aventure est formidablement inhumaine. Les participants continuent de courir en piétinant des corps morts, continuent de respirer malgré l’odeur des cadavres, continuent de vouloir gagner en dépit de tout., Mais pour quelle victoire ?

Avec les années, il s’impose peu à peu comme une référence. Il a été remis sur le devant de la scène avec « Hunger Games » dont les histoires ont été comparées, même si elles n’ont au final absolument rien à voir. Marche ou crève est le premier roman que Stephen King a réussi à terminer (entre 1966 et 1967). Il y fait selon moi un parallèle très poignant avec la fin de la seconde guerre mondiale et les « Marches de la mort ».

Le Livre de Poche | Babelio | Les Libraires

Histoire de Lisey

Histoire de Lisey, Stephen King

 

Pendant vingt-cinq ans, Lisey a partagé les secrets et les angoisses de son mari.

Romancier célèbre, Scott Landon était un homme extrêmement complexe et tourmenté. Il avait tenté de lui ouvrir la porte du lieu, à la fois terrifiant et salvateur, où il puisait son inspiration.

À sa mort, désemparée, Lisey s’immerge dans les papiers laissés par Scott, s’enfonçant toujours plus loin dans les ténèbres qu’il fréquentait… 

Il a signé ici son roman le plus personnel. On y réalise que l’écrivain n’est pas éternel et que c’est un sujet qui le préoccupe de plus en plus. Il se pose notamment la question de tous ces écrits non publiés qu’il laissera derrière lui, et qui pourront devenir un fardeau pour sa femme, Tabitha. A la fois terrifiant et romantique, j’avoue avoir eu du mal à rentrer dedans mais rapidement, on ne s’en détache plus.

Albin Michel | Babelio | Les Libraires

Charlie

Charlie, Stephen King

 

Un homme et une femme font l’objet d’une expérience scientifique ultra-secrète du gouvernement américain sur les pouvoirs psychiques.

Tout a été prévu, sauf que cet homme et cette femme auraient un an plus tard une fille : Charlie…

Elle a huit ans, elle peut anéantir le monde ; il lui suffit de vouloir… Le pouvoir envoûtant d’un des plus grands romans de Stephen King, le génie de l’épouvante.

 

Un roman court et incroyablement efficace. Stephen King est pour moi le maître absolu pour mettre en scène des enfants, et cette petite Charlie est si forte et si attachante qu’on n’arrive pas à abandonner notre lecture. Sans rien dévoiler car je ne dis pas si c’est bon ou mauvais : la fin de ce livre est sans doute la meilleure qu’il ait jamais écrite.

Le Livre de Poche | Babelio | Les Libraires

Tout est fatal

Tout est fatal, Stephen King

Ça vous dirait de vivre votre propre autopsie ?

De rencontrer le Diable ? 

De vous suicider de désespoir dans les plaines enneigées du Minnesota ?

De fuir la police en compagnie de Dillinger ? 

De devenir assassin via Internet ou de trouver la petite pièce porte-bonheur qui vous fera décrocher le jackpot ?

Alors laissez-vous guider par Stephen King.

Stephen King a longtemps souffert de son étiquette de « Maître de l’horreur ». Pourtant, il excelle dans d’autres styles plus ou moins fantastiques, comme les très connus La ligne verte et La rédemption de Shawshank (adapté en « Les évadés »). Il écrit beaucoup de nouvelles, et de temps en temps on a droit à des recueils. En voici un, qui vous permettra d’apprécier la panoplie complète des styles de cet écrivain hors normes.

Albin Michel | Babelio | Les Libraires

Pour lire la suite

 

Commentaires »

Bilan des lectures de 2013


Bilan des lectures 2013

Arrivés en bas de la page 2013, on saute la reliure et on s’attaque à la page 2014. Voici la liste des lectures de 2013 qui ont noirci cette page cornée.

22/11/63 – Stephen King, Albin Michel

1001 secrets sur le thé – Lydia Gautier, Prat

Alibi n°2 et 6

Apparition – Graham Masterton, Pocket

Artères souterraines – Warren Ellis, Au Diable Vauvert

– Que sais-tu des cultures amérindiennes ?
– Juste l’essentiel, qu’on les a empoisonnés avec des couvertures infectées. Je me demande toujours pourquoi on ne s’offre pas des couvertures miniatures en cadeau à Thanksgiving. 

Baignade accompagnée – Serge Brussolo, Le Masque

Capitaine Suicide – Serge Brussolo

Carmilla – Sheridan Le Fanu, Projet Gutenberg

Ce qui mordait le ciel – Serge Brussolo, Folio SF

Contes de la fée verte – Poppy Z. Brite, Folio SF

Crimes et châtiments n°3

The curious case of Benjamin Button – F. Scott Fitzgerald, Projet Gutenberg

Danger parking miné – Serge Brussolo

Dôme 1 & 2 – Stephen King, Albin Michel

Pourquoi ment-il ? Juste le vieux réflexe conditionné ? Les civils sont comme les champignons, il faut les laisser dans le noir et leur faire bouffer de la merde ?

Une idée, c’est comme un microbe en sommeil : tôt ou tard, quelqu’un finit par l’attraper.

Duma Key – Stephen King, Albin Michel

Est-ce ainsi que les femmes meurent ? – Didier Decoin, Le Livre de Poche

Friandises littéraires – Joseph Vebret, J’ai Lu

Harry Potter à l’école des sorciers – J.K. Rowling, Gallimard

Hells Angels – Hunter S. Thompson, Folio

Hygiène de l’assassin – Amélie Nothomb, Livre de Poche

I am a hero (1 à 7) – Kengo Hanazawa, Kana

Intégral des nouvelles 1 – Frédric Brown

Jésus contre Hitler 1 – Neil Jomunsi, Studio Walrus

— Que veux-tu que je fasse ? Je suis Jésus, pas Superman.

L’affaire Jane Eyre – Jasper Fforde, 10/18

L’ombre des gnomes – Serge Brussolo

Le thé refroidissait dans la théière. Le soleil entrant par la fenêtre tombait sur la main gauche de Maria. Une main dodue et blanche, à la peau si douce, si fine. Une main de pâte d’amande qui mettait l’eau à la bouche et éveillait une étrange fringale sensuelle. Maria émit un rire stupide. Jamais elle n’avait trouvé sa peau aussi belle. Machinalement, elle regarda le couteau posé près du beurrier. Non…  Le couteau posé près du beurrier… Oh ! non, non…  Posé près du…

La chorale du diable – Martin Michaud, Goélette

La dernière bagnarde – Bernadette Pécassou-Camébrac, Flammarion

La librairie des ombres – Mikkel Birkegaard, Fleuve Noir

La mélancolie des sirènes par trente mètres de fond – Serge Brussolo, Livre de Poche

La mort en tête – Sire Cédric, Le Pré aux Clercs

La petite fille qui aimait Tom Gordon – Stephen King, Albin Michel

La prophétie des papes – Glenn Cooper, Cherche Midi

La servante du seigneur – Jean-Louis Fournier, Stock

La sirène – Camilla Läckberg, Actes Sud

La vérité sur l’affaire Harry Québert – Joël Dicker, L’Âge d’Homme

Le chat aux yeux jaunes – Serge Brussolo, Fleuve Noir

Le culte du banal – François Jost, CNRS

Le dictionnaire du diable – Ambrose Bierce, Librio

Le djinn – Graham Masterton

Le musée du Dr Moses – Joyce Carol Oates, Points

Le petit Meaulnes – Jean-Louis Fournier, Livre de Poche

Le testament des templiers – Glenn Cooper, Cherche Midi

Les araignées sans mémoire – Alexandro Jodorowsky, Albin Michel

Lolita – Nabokov, Folio

Malpertuis – Jean Ray, Espace Nord

Napoléon Pommier – San-Antonio, Fleuve Noir

Nuit noire étoile morte  – Stephen King, Albin Michel

Prison avec piscine – Luigi Carletti, Liana Lévi

Projet Bradbury (1 à 19) – Neil Jomunsi

Robe de marié – Pierre Lemaitre, Livre de Poche

Tony Chu (1 à 6) – John Layman et Rob Guillory, Delcourt

Traité d’athéologie – Michel Onfray, Livre de Poche

En lieu et place de tout cela, judaïsme, christianisme et islam défendent : la foi et la croyance, l’obéissance et la soumission, le goût de la mort et la passion pour l’au-delà, l’ange asexué et la chasteté, la virginité et la fidélité monogamique, l’épouse et la mère, l’âme et l’esprit. Autant dire la vie crucifiée et le néant célébré…

Une ombre plus pâle – Andréa H. Japp, Livre de Poche

Vol au-dessus d’un nid de coucou – Ken Kesey, Stock

Commentaires »

S’il ne fallait en lire que cinq : Serge Brussolo


S'il ne fallait en lire que 5 : Serge Brussolo

Serge Brussolo, on en a déjà parlé sur Lire la Suite. Après avoir été séduite par son Syndrome du Scaphandrier, j’ai eu l’occasion de lire quelques-uns de ses autres titres. Je dois avouer que j’ai à chaque lecture adoré le monde dépeint par Brussolo, qu’il s’agisse de cette planète habitée qui n’est en fait qu’un oeuf prêt à éclore et à libérer cette immense créature ou encore cette société où un groupe de marginaux recherche l’anonymat absolu en éliminant toute trace d’individuation. Souvent interpellée par « l’idée de base » la suite des événements, comprendre les actions et péripéties des personnages, a régulièrement fait baisser mon enthousiasme. Je reste convaincue que Brussolo a de l’imagination et des choses à dénoncer, d’où cette volonté de toujours ouvrir un de ces livres. J’en suis venue à la conclusion que les ayant choisis au pif j’avais peut-être lu les moins incontournables, les moins Brussolo des Brussolo, et j’ai décidé de demander conseil.

Annabelle a créé et gère la page de Serge Brussolo sur Facebook. Lectrice férue de Brussolo, son initiative a été approuvée par Serge lui-même qui lui fait part de son actualité et de ses projets afin qu’elle partage ces « scoops » aux nombreux abonnés de sa page. Une affaire de passionnée, juste pour l’amour de l’art. Je me suis tournée vers elle afin de lui demander de concocter une liste dans laquelle elle nous recommanderait, selon elle, les 5 Brussolo à lire s’il ne fallait en lire que 5.

La Princesse noire

La princesse noire, Serge BrussoloCapturée puis vendue comme esclave par des pillards vikings, Inga est achetée par une étrange châtelaine surnommée « la Princesse noire ». Quel est le secret de cette femme solitaire qui règne en maître sur un manoir en ruine où elle recueille des enfants infirmes abandonnés par leurs parents ?
Inga sent qu’un mystère pèse sur les lieux. Les adolescents dont elle a la garde chuchotent de bien curieuses histoires à propos d’une créature qui hanterait les souterrains. Un assassin qui, tel l’ogre des contes, viendrait à chaque nouvelle lune prélever son tribut de chair fraîche.
Qui se cache sous le masque d’un dieu barbare pour commettre ses crimes en toute impunité ? Quelles manigances se trament dans le secret des oubliettes ?
Dans la lignée de La Captive de l’hiver ou de L’Armure de vengeance, ce thriller médiéval entraîne le lecteur dans un tourbillon de mystères, de superstitions et de passions obscures.

La raison pour laquelle ce livre restera à jamais dans mon cœur et dans mon top des meilleurs bouquins de tous les temps est simple : il s’agit de mon premier Brussolo, celui qui m’a directement conduit dans son univers si particulier, partagé entre horreur, fantastique et folie pure. J’étais très jeune à l’époque de cette lecture et c’est la première fois que j’angoissais tellement à cause de quelques pages dans mes mains.

Le livre de poche | Babelio | LesLibraires

La Moisson d’hiver

La moisson d'hiver, Serge BrussoloDans les derniers mois de la Seconde Guerre mondiale, Julien, exilé depuis cinq ans au fond d’un pensionnat, apprend que son grand-père est mort dans d’étranges circonstances, lui laissant pour tout héritage les miettes de la propriété familiale, là-bas, en Normandie. Très vite, le jeune garçon prend conscience qu’un mystère ronge le passé de sa famille. Qui hante les bois aux alentours de la maison ? À qui appartient ce regard que l’enfant sent en permanence posé sur sa nuque ? Véritable thriller paysan, La moisson d’hiver nous plonge dans un monde d’intrigues où la jalousie obsessionnelle pousse chacun aux pires extrémités et où les secrets de famille prennent la dimension d’une énigme policière.

La Moisson d’hiver est certainement le moins Brussolo des Brussolo. C’est cependant l’ouvrage préféré de son auteur lui-même ! L’histoire joue avec nos nerfs plus qu’elle tente de nous impressionner et c’est le seul livre dans lequel j’ai pu me mettre à la place des personnnages, me sentir aussi proches d’eux car ils étaient ancrés dans une époque et un endroit bien connus de tous.

Folio | Babelio

Les cavaliers de la pyramide

Les cavaliers de la pyramide, Serge BrussoloAntonus Crassus Samsala, organisateur des jeux du cirque à Rome, apprend de la bouche d’un gladiateur mourant l’existence d’une pyramide demeurée inviolée au cœur du désert.
Cette pyramide remplie d’or aurait été engloutie par une gigantesque poche de sables mouvants. Si l’on veut s’y introduire, il faut donc plonger dans son sillage… puis trouver le moyen d’en revenir vivant ! Dès lors, Antonus n’a plus qu’une idée : découvrir ce monument fantôme et s’en approprier les trésors.
Dans la lignée du Labyrinthe de Pharaon et des Prisonnières de Pharaon, ce « thriller antique » met en scène barbares et gladiateurs qui portent le glaive et le feu au cœur même des enfers.

Mon intérêt pour ce livre a d’abord été historique. La période gréco-romaine n’est pas très représentée dans la littérature contemporaine, à mon grand désespoir. Les deux personnages principaux, Junia et Shagan sont anti-conventionnels à souhait et j’aime ça. Ce livre est pour moi comme un film d’aventure et j’ai été surprise de lire la suite « Le Masque d’Argile ».

Le livre de poche | Babelio | Les Libraires

 

La Meute Hurlante T 1

La meute hurlante, Serge BrussoloUne épidémie de lycanthropie s’est abattue sur le monde et les loups-garous sont devenus indestructibles ; à tel point qu’il sautent du haut des immeubles et arrachent les portières des voitures avec les dents. L’unique moyen de les supprimer ? Les tuer quand ils ont repris forme humaine. C’est le travail du ninja Ito Fuji, un exécuteur chargé de supprimer tous ceux qu’on soupçonne d’appartenir à la horde. Mais les choses se compliqent losqu’il contracte à son tour l’affreuse maladie et devient ce qu’en langage codé on surnomme : un NightHowler… 
Dès lors, une seule solution s’offre à lui : rejoindre un groupe de loups-garous retranchés dans une clinique clandestine, où l’on essaye désespérément de découvrir un vaccin miraculeux…

Les NightHowlers — monstres ou victimes, possédés ou mutants — luttent pour leur survie dans la jungle urbaine où règnent sans partage les prédateurs du futur.

Comme pour chaque ouvrage de Brussolo, c’est la lecture de la quatrième de couverture qui m’a donné envie de le prendre. Je hausse toujours les sourcils quand je lis les résumés à la limite de l’absurde mais qui prennent terriblement aux tripes une fois le livre entamé. J’aime beaucoup la mythologie et les créatures hybrides alors cette histoire de loup-garous m’a convaincue tout de suite.

Babelio

La Meure Hurlante T 2

La meute hurlante, tome 2, Serge BrussoloLa vie d’une famille de loups-garous n’est pas drôle tous les jours. Surtout lorsqu’elle doit, déménager sans cesse pour fuir les persécutions, la curiosité des voisins, et les harcèlements policiers. Etre loup-garou c’est avoir peur en permanence. Peur de tuer des innocents, peur d’assassiner ceux qu’on aime… Peur de voir ses enfants devenir plus sanguinaires qu’on ne l’est soi-même. Trop sanguinaires. Au point qu’on commence à avoir peur d’eux, également…
Le roman d’horreur revisité par un maître du thriller. Un conte cruel et fascinant sur la différence et la haine de l’Autre.

Ce livre restera dans ma mémoire car je l’ai gagné à un concours de nouvelles de mon lycée. Je suis arrivée première avec une histoire s’inspirant directement de l’univers de Brussolo. Il s’agit de la suite de la Meute Hurlante et le maître accomplit une fois encore son œuvre.

Babelio

Pour lire la suite

Retrouver les oeuvres de l'auteur sur Babelio

Commentaires »

Bilan des lectures de 2012


Bilan lecture pour l'année 2012

Arrivés en bas de la page 2012, on saute la reliure et on s'attaque à la page 2013. Voici la liste des lectures de 2012 qui ont noirci cette page cornée.

 

7 psychopathes – Fabien Vehlmann et Sean Phillips, Delcourt

90 livres cultes à l'usage des personnes pressées – Henrik Lange, Editions Ça et Là.

A comme Alibi – Sue Grafton, Pocket

Alibi 7 et 8 (Magbook), Editions Ayoba 

Attention Dieu méchant – Shalom Auslander, 10/18

S'installant devant son iMac couleur mandarine, l'ayatollah Khalenei a imprimé une copie de son fichier "Fatwa.doc" et s'est hâté de remplir les blancs.

– Nous ont est schulziens ou citrouillants ? demande Sally.

– On est schulziens, répond Charlie Brown. Les schulziens croient en un Créateur qui nous écrit et nous dessine chaque jour. Tandis que les citrouillants comme Linus et Lucy croient en la Citrouille géante qui vole dans les airs et récompense ses fidèles à Halloween. Mais en fin de compte la foi devrait rester un choix personnel.

– Des deux qui c'est qui a le plus de vacances ? demande Sally.

Au pays de Dieu – Douglas Kennedy, Pocket

On a maintes fois expliqué la prédisposition des Etats du Sud au fondamentalisme chrétien par leur défaite au cours de la Guerre Civile : une collectivité ruinée et humiliée cherchant consolation en un Dieu colérique, omnipotent, capable non seulement d'accomplir des miracles mais aussi de "casser la gueule" à Ses ennemis. Puisque la confédération avait échoué dans son entreprise terrestre, les héritiers de ce rêve brisé pouvaient au moins se dire qu'ils obtiendraient finalement leur part dans le royaume du Tout-Puissant.

La bête humaine – Zola, Folio

La case de l'oncle Tom – Harriet Beecher Stowe, Le Livre de Poche

Catéchisme libertin à l'usage des filles de joie et des jeunes demoiselles qui se destinent à embrasser cette profession – Théroigne de Méricourt. Gratuit au format Kindle

Une putain doit-elle procurer autant de plaisir à un fouteur de vingt-quatre sous, qu'à celui qui la paie généreusement? Réponse. Il est certain que la putain devant vivre de son métier, et le foutre n'étant pas une substance qui puisse servir d'aliment, elle doit agir avec ce fouteur comme avec le père Zorobabel, et lui dire; NESCIO VOS… «Je vis du con comme vous de l'autel.»

Le combat ordinaire – Manu Larcenet, Dargaud

Les combustibles – Amélie Nothomb, Le Livre de Poche

Comment domestiquer son maître quand on est un chat – Monique Neubourg, Hugo&Cie

Confession d'une taupe à Pôle Emploi – Gaël Guiselin, Calmann Lévy

Cul-de-sac – Douglas Kennedy, Folio Policier

Cyanure – Camilla Läckberg, Actes Sud

Danse avec les clous ou la saga mouvementée de NIN – Marie Lecocq et Jean-Paul Coillard

Des cliques et des cloaques – Jim Thompson, Folio Policier

Dix petits indiens – Sherman Alexie, 10/18

Corliss n'ignorait pas combien les Indiens étaient obsédés par l'authenticité. Colonisés, exterminés, exilés, les Indiens avaient forgé leur identité en interrogeant l'identité des autres Indiens. Remplis de haine de soi et de doutes, ils avaient fait de leurs tribus des sectes nationalistes. Mais peut-on nous reprocher notre folie ? se demandait Corliss. Nous sommes des gens exilés par d'autres exilés, par des puritains, des pèlerins, des protestants et tous ces autres cinglés de Blancs jetés hors de cette Europe plus cinglée encore. Nous qui étions jadis indigènes en ce pays, nous devons immigrer dans sa culture.

Dolores Claiborne – Stephen King, Albin Michel

L'effet kiss pas cool – Leslie Plée, Jean-Claude Gawsewitch

L'enfant allemand – Camilla Läckberg, Actes Sud

L'essentiel de la sagesse amérindienne, Presses du Châtelet

Vous me demandez de couper l'herbe, d'en faire du foin, de le vendre pour être aussi riche que les hommes blancs.

Mais comment oserais-je couper les cheveux de ma mère ?

– Indien Nez-Percé

Girlfriend dans le coma – Douglas Coupland, 10/18

Le guide du voyageur intergalactique H2G2 – Douglas Adams, Folio SF

— Bon. Mais écoutez, vous avez trouvé l’avis d’expropriation, non ?

— Oui, reconnut Arthur. Oui, je l’ai trouvé : Il était placardé dans le fond d’un classeur fermé à clé, coincé dans des lavabos désaffectés avec sur la porte la mention : Gare au léopard.

Elles prétendent que l’Ultime Réponse à n’importe quoi est Quarante-deux, comment suis-je censé reconnaître la question correspondante ? Ça pourrait être n’importe quoi. Je veux dire : « combien font six fois sept ? » Zaphod le regarda fixement un bon moment. Puis ses yeux se mirent à luire d’excitation et il s’écria : — Quarante-deux ! Arthur s’essuya les paumes contre le front.

Il a jamais tué personne mon papa – Jean-Louis Fournier, Le Livre de Poche

Les infortunes de la Belle au Bois Dormant – Anne Rice

Je suis rage – Guillermo Alverde, Walrus

Dans ce type de choc frontal, on ne sait jamais vraiment quels sont les dégâts internes. Lui, connaissait les dégâts, les dégâts internes, intimes: il n'aurait plus de pitié, plus aucune compassion. Le pardon serait désormais entièrement rayé de son vocabulaire. Car malgré les décilitres de sang perdus sur le trottoir, malgré les pas hésitants d'Hermann — car il avait failli tomber à plusieurs reprises — malgré son air hagard, perdu, ses yeux révulsés de douleur, personne ne s'était arrêté pour l'aider. Personne ne lui avait demandé s'il avait seulement besoin d'aide. Personne pour le soutenir, pour lui indiquer la direction de la pharmacie, pour l'y emmener. Personne pour le regarder. Personne pour seulement le regarder. Sa haine, auparavant passive, relativement passive, s'était brusquement muée en haine active, en rage noire, en détestation violente de tout ce que l'humanité avait pu chier de ses entrailles.

Jésus m'aime – David Safier, Presses de la cité

Le vrai Jésus n’a sûrement jamais ressemblé à ça, pensai-je en contemplant la reproduction de la Cène accrochée dans le bureau du pasteur. C’était quand même un Juif arabe ! Pourquoi le représente-t-on presque toujours comme s’il avait été l’un des Bee Gees ?

Là-Bas – J. K. Huysmans, Folio

"Maître des Esclandres, Dispensateur des bienfaits du crime, Intendant des somptueux péchés et des grands vices, Satan, c'est toi que nous adorons, Dieu logique, Dieu juste !

Légat suradmirable des fausses transes, tu accueilles la mendicité de nos larmes; tu sauves l'honneur des familles par l'avortement des ventres fécondés dans des oublis de bonnes crises; tu insinues la hâte des fausses couches aux mères et ton obstrétrique épargne les angoisses de la maturité, la douleur des chutes, aux enfants qui meurent avant de naître.

Suzerain des mépris, Comptable des humiliations, Tenancier des vieilles haines, toi seul fertilises le cerveau de l'homme que l'injustice écrase; tu lui souffles les idées des vengeances préparées, des méfaits sûrs; tu l'incites aux meurtres, tu lui donnes l'exubérante joie des représailles acquises, la bonne ivresse des supplices accomplis, des pleurs, dont il est cause !"
 

La ligue des gentlemen extraordinaires – Alan Moore et Kevin O'Neill

Milles femmes blanches – Jim Fergus, Pocket

Franchement, vu la façon dont j'ai été traitée par les gens dits « civilisés », il me tarde finalement d'aller vivre chez les sauvages.

Les miscellanées culinaires de Mr Schott – Ben Schott, Allia

N'espérez pas vous débarrasser des livres – Umberto Eco et Jean-Claude Carrière, Grasset

La plupart des travellings, dans le cinéma occidental, vont de gauche à droite, alors que j’ai souvent vérifié le contraire dans le cinéma iranien, pour ne citer que celui-là. Pourquoi ne pas imaginer que des habitudes de lecture puissent conditionner nos modes de vision ? Les mouvements instinctifs de nos yeux ?

On nous appelait les sauvages – Dominique Rankin et Marie-Josée Tardif, Le Jour

Le Prix Nobel de la paix, le Sud-Africain Mgr Desmond Tutu, a un jour déclaré « Quand les missionnaires sont venus en Afrique, ils avaient la Bible, et nous le territoire. Ils ont dit « Prions » et nous avons fermé les yeux. Lorsque nous les avons rouverts,  nous avions la Bible et eux le territoire ». Étrange comme cette histoire ressemble à la nôtre…

Où on va papa ? – Jean-Louis Fournier, Le Livre de Poche

J’arrête de me plaindre. Quand on parle des enfants handicapés, on prend un air de circonstance, comme quand on parle d’une catastrophe. Pour une fois, je voudrais essayer de parler de vous avec le sourire. Vous m’avez fait rire, et pas toujours involontairement.

Mathieu n’a pas beaucoup de distractions. Il ne regarde pas la télévision, il n’a pas eu besoin d’elle pour être handicapé mental.

Persépolis – Marjanne Satrapi, L'association

La porte des mondes – Robert Silverberg, Pocket

La porte des mondes est la porte au-delà de laquelle se tiennent en réserve tous nos avenirs. Et à chaque avenir possible correspond un monde possible, derrière la porte.

Le portrait de Dorian Gray – Oscar Wilde, Le Livre de Poche

Oh je sais bien, tu as l'air intellectuel, et tout cela. Mais la beauté, la vraie beauté, s'achève là où l'air intellectuel commence. L'intellect est en soi une façon d'exagérer et il détruit l'harmonie de n'importe quel visage. Dès qu'on s'assied pour réfléchir on ne devient plus qu'un nez, ou qu'un front, ou quelque chose d'horrible. Regarde les gens qui ont du succès dans toutes les professions savantes : ils sont tous parfaitement hideux ! Sauf bien sûr, dans l'Eglise, mais c'est que, dans l'Eglise, ils ne réfléchissent pas. Un évêque octogénaire continue à répéter ce qu'on lui a appris quand il était un gamin de dix-huit ans, et il s'ensuit naturellement qu'il garde toujours un physique délicieux.

Le pourquoi des choses – Anne Pouget, Le Livre de Poche

Le puzzle de chair – Serge Brussolo, Editions du Masque

La séance – John Harwood, Le Cherche Midi

Les symboles décodés – Tony Allen, Le courrier du livre

Le syndrome du scaphandrier – Serge Brussolo, Folio SF

« C’est vraiment un très gros coup, murmurait Nadia. Tu sais que tout le musée est placé sous la surveillance d’yeux électroniques chargés de déclencher l’alarme dès qu’ils identifient une silhouette en mouvement ? Ils balayent toutes les salles en permanence et sont capables de repérer une souris à trente mètres. » David hocha la tête. Il reconnaissait la tirade, elle sortait tout droit d’un roman policier lu dans son enfance et dont il croyait avoir totalement oublié l’intrigue. Le nom du tableau, cette bataille de Kanstädt qu’il avait évoquée tout à l’heure, provenait du même livre, il était prêt à le parier. […]

« Il faudra engager un spécialiste, dit gravement Nadia. Seul le Pr Zénios pourra neutraliser des yeux électroniques. C’est un hypnotiseur. Lorsqu’il se sera occupé d’elles, les cellules de détection ne verront plus que ce qu’il leur aura ordonné de voir. » David n’avait jamais entendu parler de ce Zénios, il en fut heureux. N’était-ce pas une preuve supplémentaire de l’indépendance du monde d’en bas ?

Thé vert et arsenic – Frédéric Lenormand, Fayard

Le goûteur d’eau fut outré d’apprendre que l’on avait commis un autre assassinat avec du thé. Il savait depuis longtemps que l’on pouvait tuer quelqu’un avec du vin, surtout du mauvais, et même avec de l’eau douce, en y noyant sa victime. Mais il avait cru la pureté de cette infusion bénie des dieux préservée des bas instincts humains. C’était désormais officiel : rien n’était plus sacré.

Totally Killer – Greg Olear, Gallmeister

Les versets sataniques – Salman Rushdie, Pocket

Wilt 1 – Tom Sharpe, 10/18

Zombi – Joyce Carol Oates, Stock

Commentaires »